Úditions alidades




logo

alidades • librairie







 

 

 

 

Collectif

Les deux sacs
contes traditionnels des Bouriates et des Evenks

Versions françaises de Philippe Guichardaz et Emmanuel Malherbet
Présentation d'Emmanuel Malherbet
Publié avec le soutien de l'association Eurcasia
alidades 2020, 12,5 x 21 cm, 48 pages, 6,00 €.
ISBN 978-2-919376-74-2


 

“Les chasseurs approchèrent et se mirent à discuter sur la manière de tuer un ours. Il fut à la fin décidé d’entrer dans la tanière et de ramener l’ours vivant. Celui qui passerait le premier attraperait l’ours par une patte et préviendrait les autres. Ainsi fut-il fait.
Mais une fois ressortis de la tanière ils virent que d’ours il n’y avait pas, mais que le chasseur qui était passé le premier n’avait plus de tête.
– Qu’est-ce que c’est que ça? Pas de tête!... s’étonnèrent-ils.
Alors l’un d’eux demanda:
– Quand il est descendu, il avait sa tête, ou il ne l’avait pas?
– Il devait l’avoir, répondit l’autre.
Et ils discutèrent de plus belle. Ils discutèrent, discutèrent, mais sans trouver le fin mot de l’histoire. Ils décidèrent d’aller voir sa femme, et d’en avoir le cœur net.”

***************************************************

“Vint enfin le berger Tarhas, juché sur une télègue au fond de laquelle un tonneau brinquebalait. Interloqué, le khan lui demanda:
– Dis-donc, berger, qu’est-ce que ce tonneau que tu m’apportes là, et pourquoi est-il vide?
– C’est que, Grand Bouffi, je suis venu pour une dette.
– Et qui donc te doit de l’argent?
– Toi, Gros Tas, toi!
– Moi? À toi? C’est bien la première fois que j’entends une chose pareille!
– Eh oui, Gros Lard, toi! Tu me dois un tonneau d’or. L’aurais-tu oublié?
Furieux, Olsoï éructa:
– Tu mens, berger! Tu dérailles, chien!
Mais Tarhas ne se troubla pas pour autant:
– Grande Enflure Boursouflée, tu ne crois donc pas ce que je dis?
– Certainement pas!
– Alors, Gros Lard, donne-moi comme promis le contenu en or d’une tasse à thé.
– Bon! Bon! Je l’avoue, je l’avoue, tu as raison, tu dis vrai, tenta de se rattraper le khan.
– Eh bien, puisque je dis vrai, Gros Pansu, rembourse-moi ta dette: un tonneau d’or.”

***************************************************

 

Ces contes proviennent de la riche tradition orale des Evenks et des Bouriates, peuples de chasseurs, de pêcheurs et d’éleveurs vivant dans les immenses steppes et forêts de la région du Baïkal (ce lac qui pour eux est une mer) avant l’arrivée des Russes au milieu du xviième siècle.
Adeptes du chamanisme ou du lamaïsme (bouddhisme tibétain), ils étaient soumis à l’autorité toute féodale des khans, princes locaux et chefs de guerre réputés impitoyables. Il n’est pas étonnant que ces récits populaires mettent souvent en scène la revanche des humbles sur les puissants, avec parfois le secours (plus ou moins volontaire) de forces naturelles à la fois divinisées et anthropomorphes. Il n’est pas étonnant non plus que s’y manifestent les préoccupations d’une ruralité pastorale et agricole aux figures parfois truculentes.
Comme souvent dans les contes, s’opère un renversement des valeurs et des jugements (le simplet ne l’est pas tant, le rusé ne l’est qu’à-demi, le fort trouve plus fort, le pauvre gagne au-delà de ce que le riche peut désirer…) qu’il faut lire comme l’expression à la fois d’une souffrance réelle, d’un désir de justice et d’un bel optimisme qui s’affirme dans la joyeuse fantasmagorie du propos. Il est vrai aussi que la répétition des thèmes et des figures narratives permet d’affirmer la stabilité des repères culturels et de conférer au récit une fonction sécurisante et éminemment sociale: un conte doit être dit, et il ne peut l’être qu’au sein du groupe réuni pour l’entendre et le reprendre dans la participation à une parole commune et bien connue.
Ainsi le conte oscille-t-il entre respect de la tradition et irrévérence ; ou tout simplement est-il l’expression la plus traditionnelle de l’irrévérence.

 

Liste des contes :

L'ours
Le chat rusé
L’orphelin et le chien jaune
Badma le vantard
Le loup et le vieillard
Le riche imbécile
Tchalbatcha et l'ours
Le simplet
Les trois chasseurs
Le vieil Aliadaï
Le journalier
Le paysan et le pope
Les deux sacs
Comment Tarhas le berger a donné une leçon au khan
Narane-Cécek
Le gardien de chevaux et la femme du khan
Histoire de Yangoute et du khan

 


accueil / haut de la page